Organisation

C’est l’histoire d’une bûche…

Cet article participe à l’événement “L’échec qui a marqué ma vie” organisé par le blogue Courir libre en montagne. Mon article favori sur ce blogue est le suivant : Les bienfaits du sport sur le mental.

En pâtisserie comme dans tous les domaines, savoir gérer les échecs est nécessaire afin d’apprendre de ses erreurs et de progresser. Si l’échec dont je vous parle plus bas n’a pas “marqué ma vie”, il a fortement marqué ma pratique de la pâtisserie. Bonne lecture !

Échec

 

Noël 2018. J’ai été désignée comme responsable de la bûche et me réjouis à l’idée de régaler toute la famille avec une pâtisserie végétale. Cela faisait justement quelques temps que j’imaginais une recette de bûche roulée aux marrons avec une génoise façon pain d’épices : l’occasion de la mettre en œuvre se présente !

N’étant pas chez moi les jours précédant le réveillon, je décide de préparer la bûche à l’avance et de la congeler, ce qui me permettra de n’avoir plus qu’à la décorer et la décongeler le jour J.

Une semaine avant le repas, je me lance dans la préparation de mon dessert. Au sortir du four, ma génoise n’est pas tout à fait comme je l’espérais : bien que moelleuse, elle s’effrite un peu. Le goût est toutefois satisfaisant ; je décide donc de la valider.

Vient le tour de la crème aux marrons glacés. Cette fois, c’est une réussite : texture crémeuse à souhait, saveur de marron glacé relevée par une pointe de vanille… Je garnis puis roule la bûche avant de la congeler.

Quelques jours plus tard, le réveillon arrive ! C’est le moment de sortir ma bûche du congélateur…

… et c’est une catastrophe. Je vois tout de suite que la crème n’a pas supporté la congélation. J’en prélève un peu afin de goûter, ce qui confirme mon inquiétude : cette bûche est immangeable. Seule la génoise a résisté. Je décide de la conserver et retire la crème, que je jette avec un pincement au cœur.

Je n’ai pas beaucoup de temps, il me faut penser rapidement et agir efficacement : quels sont les ingrédients disponibles ? Que puis-je faire avec ce que j’ai ? Je prépare finalement un cake à l’orange dans lequel j’intègre des morceaux de génoise pain d’épices et que je recouvre de ganache au chocolat noir. Sauvée ! La bûche est prête. Et cette fois, c’est une réussite : elle est vite dévorée.

 

Comment ai-je transformé mon échec en succès ?

Avant tout, je suis restée calme. C’est ce qui m’a permis d’analyser la situation rationnellement et de trouver une solution adéquate.

Ensuite, j’ai laissé libre cours à mon imagination : j’ai regardé quels ingrédients étaient à ma disposition et ai imaginé des associations de saveurs (chocolat / orange), tout en m’assurant que les ingrédients de base (farine, poudre à lever…) étaient disponibles.

Enfin, ma prise de décision rapide m’a permis d’agir presque immédiatement. J’ai ainsi pu travailler efficacement et finaliser mon gâteau à temps.

Bien sûr, il n’est pas toujours possible de rattraper un gâteau raté ; j’ai eu de la chance d’avoir les ingrédients nécessaires à la préparation de ma seconde bûche. Sans cela, nous aurions été privés de dessert !

 

Ce que j’ai appris de cet échec

À mon sens, un échec cesse d’en être un dès lors qu’on en tire un enseignement. Le plus important après une expérience comme celle-ci est de bien identifier les causes du problème rencontré. Cela nécessite d’analyser la situation tout en se remettant en question.

Voici ce que j’ai appris de ma mésaventure :

  • Tester les recettes : Qu’il s’agisse d’une création ou d’une recette que vous n’avez jamais réalisée, la tester au préalable vous permettra d’éviter bien des écueils lors de la préparation finale. Cela vous permettra d’identifier les points difficiles et de rectifier les éventuelles erreurs dans la recette (cela arrive !). Vous mettrez ainsi toutes les chances de votre côté pour un dessert réussi.

 

  • Penser à la décoration : Souvent négligée, la décoration est pourtant la touche finale qui mettra en valeur votre dessert. Prenez le temps de réfléchir à la manière dont vous décorerez votre dessert afin de le rendre esthétique et appétissant. Testez votre décoration lorsque vous testerez la recette : vous verrez ainsi l’effet produit et pourrez l’améliorer si besoin.

 

  • Tester la congélation : Toutes les préparations ne supportent pas la congélation. C’est le cas notamment des desserts contenant de l’agar-agar, qui rendront beaucoup d’eau après décongélation, ou bien des crèmes contenant de la fécule, qui seront déstructurées et deviendront granuleuses. Lorsque vous réalisez une recette pour la première fois, vous pouvez en congeler une petite partie afin de voir comment elle réagit à la congélation.

 

Et vous, quel est l’échec qui a marqué votre pratique de la pâtisserie ?

Comment gérez-vous vos échecs ?

Bonne pâtisse et à bientôt sur Graine de Gâteau !

Camille

Source de l’image : Steve Buissinne

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pâtissière végane, exploratrice du monde fascinant de la pâtisserie végétale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement mon livre "Tout Chocolat"